Un fromage de Qualité

Saint-Marcellin : un fromage bien protégé

Définir pour préserver

La première définition du Saint-Marcellin remonte à 1935. Si elle a, depuis, été modifiée et complétée à plusieurs reprises, le fromage a vu sa description se stabiliser en 1980 de façon réglementaire. L’histoire ancienne du Saint-Marcellin et ses nombreuses définitions ont permis son développement tout au long de ces années, sans perte d’identité.

Une filière organisée

La filière de production du Saint-Marcellin a cherché très tôt à s’organiser et à protéger le produit. Une vocation d’abord remplie par l’Union des Fabricants du Saint-Marcellin, créée dès 1971, puis par le Comité pour le Saint-Marcellin depuis 1994, où figurent aussi les producteurs de lait et les producteurs fermiers.

Parmi ses principales missions : la promotion du Saint-Marcellin, l’amélioration de la qualité et la gestion de l’IGP (Indication Géographique Protégée).

Un étiquetage clair

Les consommateurs peuvent clairement identifier le Saint-Marcellin grâce à un étiquetage leur indiquant toutes les mentions obligatoires réglementaires, le nom « Saint-Marcellin » et l’identification de l’atelier de transformation.

 

Reconnu par une IGP

 

L’appartenance géographique et culturelle du Saint-Marcellin à son territoire, la définition précise de ce fromage, le cahier des charges élaboré pour sa fabrication ainsi que les nombreux contrôles de qualité effectués tout au long de sa production sont autant d’éléments qui ont permis au Saint-Marcellin d’obtenir une IGP en novembre 2013.

L’Indication Géographique Protégée est un signe de qualité européen. Cette marque de reconnaissance désigne un produit alimentaire issu d’un territoire précis et dont la qualité, la réputation, les spécificités sont liées à cette origine géographique.

En savoir plus sur le territoire du Saint-Marcellin

Grâce aux soutiens financiers : Région Rhône-Alpes Conseil Général de l'Isè